Mon week-end dans le désert de Marrakech

Passionnée de voyages, j’hésitais pourtant à me lancer dans l’aventure du désert depuis quelques années. Je l’admets, j’ai du mal à abandonner mon confort. L’idée que je me faisais d’un tel séjour : dormir dans une tente, sans commodités, m’empêchait de franchir le cap. 

J’ai donc décidé de me renseigner sur les organismes qui pourraient correspondre à mes critères d’exigence, et j’ai fini par trouver une solution, grâce aux conseils de desert-maroc.com. L’Inara Camp, un camp de luxe au milieu du désert d’Agafay, proposait tout ce dont j’avais besoin ! 

Sac à dos chargé, prête pour l’expédition, j’ai pris la direction des majestueuses étendues de sable marocaines. Dès mon arrivée, j’ai été frappée par la beauté des lieux.

Première impression : est-ce un mirage ? 

Le soleil illumine les dunes, qui projettent un éclat orangé sur les tentes blanches. Une chaîne de montagnes immense, l’Atlas, domine le paysage, créant un contraste saisissant avec le désert. L’homme qui m’accueille est très sympathique. En discutant, je comprends qu’il est lui-même natif du Sahara, comme les autres membres de l’équipe. 

La visite du bivouac suffit à me convaincre que j’ai fait le bon choix. Pourtant, il me semble que la chaleur commence déjà à me monter à la tête. J’aperçois une oasis merveilleuse au milieu du camp. Mon guide, voyant mon visage inquiet, me rassure en m’expliquant que la piscine que j’ai sous les yeux est bien réelle. Elle fonctionne à l’énergie solaire et est entièrement confectionnée en matériaux naturels. Elle se fond parfaitement dans le décor. Surprise : elle dispose même d’un “jacuzzi” avec des bulles massantes, que je m’empresserai de tester après avoir déposé mes affaires ! 

Agafay

Une tente, forte en “Émotion”

Nous arrivons dans la partie du campement réservée aux couchages. Elle est assez isolée pour garantir la tranquillité de chacun. Une vingtaine de tentes abritent tous types de voyageurs : solo, couples, familles, séminaires… J’ai opté pour la formule “Émotion”, qui promettait un bon niveau de confort. Et je ne suis pas déçue  : lit king size, salon, salle de bain et toilettes privées. J’ai même la joie de découvrir des échantillons de gel douche et de shampoing, comme dans un véritable hôtel. 

Impossible d’oublier où nous sommes : la décoration est typique, réalisée à l’aide des artisans locaux.Je continue ma visite pour finalement me retrouver sur une terrasse, qui offre une vue splendide sur le paysage magique, qui illumine déjà mes yeux de sa couleur ocre. 

Petit plus : la phobique maladive des insectes que je suis est ravie de constater qu’il n’y en a aucun !

Des repas délicieux, sous les étoiles… 

Sur les hauteurs du camp un restaurant : “Le Soukoune”, sonne l’heure du repas. La cuisine est typique du Maroc, et fait pleinement partie du voyage. Le pain est fait maison, la soupe froide dégage une odeur envoûtante de fleur d’oranger, la viande fond sur la langue… Une véritable expérience pour les cinq sens !

Après avoir dévoré diverses pâtisseries orientales, je rejoins “Le cercle”. L’ambiance est magique et nous sommes éclairés seulement par quelques feux de camp et des bougies. En levant la tête, je réalise alors qu’un autre spectacle se joue actuellement au-dessus de nous. Des centaines d’étoiles hypnotisent tous les voyageurs, qui ne peuvent détacher leur regard du ciel. Amusée par nos airs béats, l’équipe nous propose de jeter un coup d’oeil dans leur télescope. Nous nous projetons alors pleinement au milieu des astres. 

Des activités mémorables et intenses !

La journée du lendemain nous plonge en immersion totale grâce à une promenade en dromadaire. J’ai frôlé la crise cardiaque au moment où l’immense animal s’est relevé alors que j’étais sur son dos, mais au final la balade était tranquille.

Après un déjeuner, dans un campement éphémère où j’ai découvert la Pastilla marocaine, un dessert à base de lait d’amande, nous voilà repartis pour un tour de buggy dans les dunes .

Déjeuner

L’après-midi nous a menés jusqu’au lac “Lalla Takerkoust”. Je ne pensais pas faire un jour du paddle, au milieu du désert ! Ici, le paysage est encore différent, et complètement dépaysant. La montagne se reflète dans l’étendue d’eau qui évoque une plage de sable chaud. 

Je rentre au camp, épuisée mais surtout émerveillée. Cette nouvelle soirée se passera en compagnie de musiciens, qui accompagneront une troupe de danseurs et un cracheur de feu, avec leurs instruments aux sonorités envoûtantes.

Ce voyage restera une expérience inoubliable. L’aventure “désertique” qu’offrent les abords de Marrakech est à tenter au moins le temps d’un weekend. La sensation de dépaysement que procurent ces paysages fantastiques, mais surtout l’accueil chaleureux et la culture fascinante des Berbères Sahraoui, transforment chaque moment en instant magique. Envie de goûter à cet incroyable dépaysement ? Rendez-vous sur inaracamp.com.

Vue